>

Notre Dame du Rosaire

 17.10.01 ND du Rosaire

« Que toutes langues fassent retentir votre gloire, ô Marie ! Et que le soir redise au matin le concert de nos bénédictions ! Tous les peuples vous appellent bienheureuse ; que toutes les plages de la terre, que toutes les régions des cieux répètent que vous êtes bienheureuse ! Et moi aussi je vous appellerai trois fois bienheureuse.(…) Ô ma souveraine Libératrice, ne cessez pas d'abaisser vos regards miséricordieux sur notre famille, sur notre nation, sur l'Église tout entière. Et surtout, ne me refusez pas la grâce des grâces, c'est à dire que jamais ma fragilité ne me sépare de vous. Faites que je persévère jusqu'au dernier soupir dans cette foi et cet amour dont brûle en cet instant mon âme. (...) Ô Couronne du Rosaire de ma Mère, je vous serre sur mon cœur et je vous couvre de baisers respectueux. Vous êtes la voie qui mène à toutes les vertus, le trésor des mérites pour l'éternité, la chaîne solide qui enlace l'ennemi, la source de paix pour celui qui vous honore pendant la vie, un gage de victoire pour qui vous porte à ses lèvres à l'instant de la mort. Dans cette heure suprême, je vous attends, ô ma Mère : votre apparition sera le signal de mon salut ; votre rosaire m'ouvrira les portes du Ciel. Ainsi soit-il. »                                                                                                                                                                                                                                         Prière du Bienheureux Bartolo Longo (1841-1926)

 

Bartolo Longo a été béatifié le 26 octobre 1980 par le pape Jean-Paul II, qui voyait en lui un « apôtre du Rosaire » et le cite à cinq reprises dans sa Lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae. Sa fête liturgique est fixée au 5 octobre.

« De même que deux amis qui se retrouvent souvent ensemble finissent par se ressembler même dans la manière de vivre, de même, nous aussi, en parlant familièrement avec Jésus et avec la Vierge, par la méditation des Mystères du Rosaire, et en formant ensemble une même vie par la Communion, nous pouvons devenir, autant que notre bassesse le permet, semblables à eux et apprendre par leurs exemples sublimes à vivre de manière humble, pauvre, cachée, patiente et parfaite. » Bartolo Longo, RVM, 15

Articles précédents

Assomption et couronnement de Marie

Pentecôte